Protéger les finances de l'Organisation

Au-delà de la froideur des chiffres dont elle génère les états la fonction finance projette les budgets, apporte la prospective, établit les résultats et gère les comptes de l’Organisation. Son expertise est précieuse pour comprendre les structures de coûts, calculer un prix de vente, définir un taux de marge, vérifier la rentabilité d’une affaire ou analyser un bilan.

Son rôle est de structurer et d’optimiser les flux financiers entrants et sortants afin de permettre à l’entreprise de financer ses investissements ; acheter des matières premières et des services ; payer les salaires, les charges, les frais de fonctionnements, les impôts et les taxes.

Les chiffres, bons ou mauvais, traduisent les pratiques de l’Organisation et dessinent son avenir à court et moyen terme. Figés dans des tableaux de bord et passés au crible des contrôles et des audits, ils constituent des indicateurs irréfutables du management et du climat social qui règnent dans l’Organisation et en stigmatisent les effets. Ils révèlent surtout les points de rupture et les risques qui en découlent.

En matière financière un risque est l’hypothèse de décaisser de l’argent non budgété sans percevoir de recette en contrepartie, et dont l’occurrence aurait pour effet d’appauvrir la trésorerie de l’entreprise.

Ainsi, pour le commercial le risque est de 300.000 € en cas de pratiques commerciales trompeuses (art. L.121-6 du Code de la Consommation) ; pour les organes de direction et de gestion le risque est de 375.000 € en cas de répartition de dividendes fictifs en l'absence d'inventaire ou au moyen d'inventaires frauduleux (art. L.241-3 du Code de Commerce) ; pour les finances le risque est de 375.000 € en cas de blanchiment d’argent (art. 324-1 du Code Pénal) ; pour les ressources humaines le risque est de 3.750 en cas de conclusion de contrat de travail à durée déterminée afin de pourvoir durablement un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise (art. L.1248 du Code du Travail) ; pour la santé au travail le risque est de 15.000 en cas d'exposition directe d’autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente (art.223-1 du Code Pénal).

Les finances sont au cœur de la stratégie de l’Organisation qui doit être profitable pour survivre. L’entreprise qui réussit n’est plus forcément celle qui place ses excédents de trésorerie mais celle qui investit pour maîtriser ses risques, afin de ne plus dilapider l’argent gagné pour réparer des préjudices qu’elle aurait sans doute pu éviter.